Métier d’éleveur équin

doc asa equin
avis centre européen de formation
Extrait de cours métiers équins

Eleveur équin, un métier centré sur la production de chevaux

Alors que l’on dénombre 950 000 chevaux en France, le métier d’éleveur compte à lui seul 55 000 entreprises et on constate depuis 2002 que le nombre d’éleveurs recensés par les Haras Nationaux augmente régulièrement (+ 6 % en 10 ans).

Eleveur de chevaux

Le quotidien de l’éleveur d’équidés

Pour l’éleveur équin, le meilleur ami de l’homme n’est pas le chien, mais le cheval. Installé à son compte,  ce professionnel entretient les équidés (juments, poulinières, étalons…). Il a le privilège de faire naître et élève les poulains. Chaque jour, il prend un moment avec chacun pour les nourrir et surveiller leur état de santé. Il prend aussi en charge également l’éducation des jeunes poulains (mise du licol, tenue à la longe, mise de la selle…).

Suivez notre formation d’éleveur équin pour connaître davantage ce beau métier !

Une relation privilégiée au cœur d’une pouponnière

L’éleveur de chevaux est souvent spécialisé dans un type de cheval (cheval de trait, de selle ou de course). Doté de connaissances solides en matière de génétique et de santé, l’éleveur entretient son cheptel avec intérêt. Il sélectionne pour ses juments les étalons idéaux et réfléchit quotidiennement à des croisements optimaux. Sa priorité étant le bien-être de ses bêtes, il contrôle leur comportement, prend soin des juments en gestation et les assiste également au moment du poulinage.

Eleveur équin mais pas que !

Travaillant en pleine nature, le métier d’éleveur comporte également d’autres tâches telles que l’entretien des prairies et la production de céréales nécessaires à l’alimentation des animaux. Ces derniers sont destinés aux concours ou à la vente. Il est donc nécessaire de promouvoir et de communiquer autour des produits de l’élevage. En tant que propriétaire, la personne assure la gestion comptable et financière de son entreprise.

Débouchés et perspectives d’évolution

L’éleveur de chevaux est employé dans un élevage de taille importante ou installé à son compte.

Concernant les éleveurs salariés : le métier est reconnu par la Convention collective des exploitations agricoles de polyculture, d’élevage, d’élevages spécialisés, du 4 juin 1996.

Eleveur salarié débutant 1 467 €
Après quelques années d’expérience 1 600 €
Avec des formations complémentaires Jusqu’à 3 000€

 Les revenus d’un éleveur-propriétaire varient en fonction de son volume d’affaires (importance de la structure et des activités proposées).

Diversification de l’activité

  • Enseignant d’équitation
  • Guide de tourisme équin
  • Courtier en chevaux
  • Cavalier
  • Ethologiste équin…