Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1 Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
2 Dites-nous-en un peu plus sur vous
3 Indiquez-nous votre numéro de téléphone
4 Quel domaine vous intéresse ?
blog - Centre Européen de Formation

Le Blog du Centre Européen de Formation

Retrouvez toute l’actualité liée aux métiers de la petite enfance, de l’esthétique, de la coiffure, de la cuisine, du secteur social, sanitaire et animalier.

Témoignage : comment devenir gardien de la paix ?

Publié le 24 avril 2020, par Amandine

devenir gardien de la paix

Devenir gardien de la paix était une véritable vocation pour Cédric. À 47 ans et après plusieurs évolutions au sein de la police nationale, il est désormais Adjoint au chef U.I.A.A.P (Unité d’intervention, d’Aide et d’Assistance de proximité). Cédric a accepté de répondre à nos questions et de nous parler de son métier.

Comment avez-vous su que vous vouliez devenir gardien de la paix  ?

Dans mon cas, on peut vraiment parler de vocation ! Depuis tout petit, j’ai toujours voulu faire ce métier. Au départ, je voulais être motard dans la Police Nationale, c’est une spécialité. Puis ayant découvert le métier dans son ensemble, je ne suis jamais devenu motard, me réservant cette passion pour le domaine privé.

Je n’ai pas eu « un déclic », cela a toujours été en moi. J’ai passé le concours de Police à 17 ans. Ensuite,  j’ai fais l’armée dans la Police Nationale en tant que Policier Auxiliaire avant d’intégrer l’école de Police l’année suivante.

Qu’est-ce qu’une journée type en tant que gardien de la paix ?

Il est très difficile de donner une journée type car comme il n’y a pas  réellement de routine. Comme il existe énormément de services, vous pouvez faire du terrain, des enquêtes, de la police scientifique, de l’informatique, de la mécanique, motard, CRS, de la formation etc.)

La « journée type » d’un Gardien de la Paix sortant d’école et étant affecté en Brigade de Roulement, ce serait :

  1. Arrivée au service et habillement en tenue d’uniforme réglementaire.
  2. Appel avec prise de consigne.
  3. Départ en patrouille, après avoir perçu le matériel nécessaire (Radio, éthylotest, caméra piéton…).
  4. Répondre aux différents appels radio (ex de mission : Différends familiaux, rixe, accident de voie publique, assistance, tapage…).
  5. Effectuer des contrôles (routier, d’identité).
  6. Surveillance de la voie publique.
  7. Prise de contact avec les commerçants. La prévention est une partie importante du travail également.
  8. Retour au service, restitution du matériel.
  9. Débriefing avec le responsable sur la journée.
  10. Départ du service

devenir gardien de la paix

Quelles sont vos missions favorites dans votre travail ?

Elles ont évolué au fur et à mesure de mon parcours dans la Police. Ayant commencé dans le 93, en Brigade de Roulement, ma préférence allait aux patrouilles, contrôles routiers. Cela nous permettait d’interpeller les auteurs de délits. La délinquance étant importante dans ce département et ces cités. C’est la meilleure école pour apprendre le métier.

Revenu dans mon département d’origine, j’ai pu acquérir d’autres compétences. J’ai été pendant 10 ans Correspondant Informatique, ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances dans ce domaine. Ensuite, j’ai été promu Officier de Police Judiciaire, où j’ai pu intégrer des services d’enquête (Brigade des Stupéfiants, de Voie Publique, Groupe d’Affaires Judiciaires).

Cela m’a permis de procéder à des enquêtes, exécuter des commissions rogatoires, auditionner des mis en cause, des victimes ou des témoins, faire des surveillances…

Quelles sont les 3 raisons qui vous motivent chaque matin à aller travailler ?

La première raison qui me motive c’est l’amour du métier, la passion qui m’anime. Ensuite, c’est de savoir que je suis utile, tout au long de mon service, peu importe les missions qui me sont confiées. Enfin, je dirais l’ambiance, le climat de travail très solidaire entre les collègues de travail.

De quelles qualités a-t-on besoin pour devenir gardien de la paix ?

Pour devenir gardien de la paix, il faut avant toute chose exercer ses fonctions avec probité. Ensuite il faut être courageux,  mais attention cela ne veut pas dire être une tête brûlée. Dans la police, il est également indispensable d’avoir l’esprit d’équipe. Il faut aussi être discipliné et savoir se remettre en question.

Pour finir, il est primordial que le policier soit respectueux, que ce soit des institutions ou des autres.

Une fois le concours en poche, vous avez intégré l’Ecole Nationale de Police. Racontez-nous !

Ma formation s’est déroulée sur 12 mois, avec des stages en Commissariat. Tout au long de la formation, il y a des entraînements sportifs, du tir. Ces entraînements ont pour but de nous préparer aux examens finaux.

Toutes les semaines, nous avions des évaluations. Et chaque « trimestre » des évaluations nationales, pour arriver à la fin de l’année de formation et avoir son classement, dont dépend l’affectation.

Quel conseil donneriez-vous à une personne souhaitant passer ce concours ?

Devenir gardien de la paix ce n’est pas choisir un métier au hasard. Il faut avant tout, être sûr de soi et de ce que l’on veut. Si vous êtes persuadé que c’est vers ce métier que vous souhaitez aller, alors allez-y ! C’est un métier extraordinaire, qui va vous donner des satisfactions chaque jour si vous placez les autres au cœur de votre projet professionnel.

devenir gardien de la paix

Avez-vous une anecdote à partager sur votre métier ?

Avec 30 ans de carrière, effectivement j’ai quelques anecdotes sous le coude… Mais nous sommes soumis au devoir de réserve, alors je vais vous raconter l’état d’esprit et de solidarité qui existe au sein de cette profession.

Ma 1ere affectation a été STAINS, en Seine St Denis. En brigade de roulement jour. Nos soirées de « semaine », nous travaillions de 17h00 à 23h30, ou le matin de 06h à 12h30.

Il arrivait régulièrement avec les collègues de la Brigade que nous faisions des soirées tarot, en sortant du travail. Et nous repartions directement au travail après une douche. Cela crée des liens forts qui font que 25 ans plus tard, et malgré des mutations, je suis toujours en contact avec la plupart de mes collègues de cette époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1 Quel domaine vous intéresse ?
2 Dites-nous-en un peu plus sur vous
3 Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4 Indiquez-nous votre numéro de téléphone
x #NinaCEFChallenge – Un masterclass privé à gagner.
Vous avez jusqu’au 10 août pour participer.