Logo CEF
Cef learning
Demande de documentation

Recevez une brochure gratuite et sans engagement !

1Quelle formation vous intéresse ?
2Pour qui est cette brochure ?
3Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4Comment vous joindre ?

Le blog du Centre Européen de Formation
méthode scrum
Publié le 17 octobre 2023, par Amandine

Méthode Scrum : tout comprendre

La méthode Scrum est devenue un incontournable dans le monde du développement de logiciels et de la gestion de projets. Cette approche agile a révolutionné la façon dont les équipes travaillent ensemble pour atteindre leurs objectifs. Que vous soyez un chef de projet chevronné à la recherche d’informations actualisées ou que vous découvriez Scrum pour la première fois, nous vous guiderons à travers les principaux défis et avantages de cette méthode. Découvrez comment Scrum peut transformer votre approche de la gestion de projet et optimiser la productivité de votre équipe.

Qu’est-ce que la méthode Scrum ?


Développée à l’origine pour les équipes de développeur web, Scrum est désormais largement adopté dans une multitude d’autres secteurs, allant du marketing à la gestion de projet.

Scrum se présente comme un cadre de travail léger, conçu pour aider les individus, les équipes et les organisations à créer de la valeur à partir de solutions adaptatives dans le contexte de problèmes complexes. Cette approche diffère fondamentalement d’une méthodologie rigide, et son objectif est de faciliter la compréhension tout en évitant d’imposer une procédure exhaustive et lourde à mettre en place.

Le concept de « cadre de travail » est délibérément choisi pour encourager la flexibilité et l’interopérabilité avec d’autres méthodes. L’essentiel de Scrum réside dans sa capacité à résoudre des problèmes complexes en développant des solutions adaptatives. Dans un environnement où les incertitudes sont omniprésentes, que ce soit au niveau des exigences ou des technologies, la création de valeur devient le défi majeur pour les équipes projet.

Scrum se base sur trois piliers fondamentaux :

  • la transparence : qui implique de rendre visible les aspects cruciaux du processus,
  • l’inspection, qui permet de détecter les écarts indésirables en inspectant les artefacts Scrum et l’état d’avancement par rapport à un Objectif de Sprint,
  • l’adaptation, qui encourage à s’ajuster aux changements, qu’ils concernent le produit ou les méthodes de travail.

L’origine de la méthodologie Scrum

L’histoire de Scrum remonte à 1986, lorsque la métaphore de la mêlée de rugby a été introduite pour la première fois par Hirotaka Takeuchi et Ikujiro Nonaka dans leur publication « The New Product Development Game. » À l’origine, cette approche était destinée à l’industrie, visant à améliorer la vitesse et la flexibilité dans le développement de nouveaux produits.

En 1995, Ken Schwaber et Jeff Sutherland ont exposé les bases de ce qui allait devenir la méthode Scrum lors de l’OOPSLA à Austin, aux États-Unis. Leur implication dans l’élaboration du Manifeste Agile en 2001 a marqué un tournant majeur, et en 2011, ils ont formalisé le cadre de travail Scrum dans le guide Scrum pour le développement, la livraison et la maintenance de produits complexes.

Le guide Scrum a connu plusieurs évolutions depuis sa première version. Ken Schwaber et Jeff Sutherland ont travaillé sur six versions successives, simplifiant le contenu au fil du temps. La dernière version a été publiée en novembre 2020 et est librement accessible sur le site officiel de Scrum.org, proposée dans plusieurs langues.

Le guide Scrum, à l’image d’une recette, se compose de quatre valeurs du manifeste Agile, où les ingrédients représentent les composantes du cadre Scrum, et les ustensiles évoquent les éléments sous-jacents comme l’empirisme, les piliers et les valeurs. Le guide précise le pas à pas, tout en laissant de la flexibilité pour s’adapter aux besoins spécifiques de chaque projet.

Le cœur de Scrum est l’efficacité des équipes et la satisfaction du client. En plaçant le client au centre du projet, Scrum favorise les retours réguliers pour répondre pleinement à ses besoins, tout en optimisant continuellement la livraison.

Les grands principes de la méthode Scrum

Le succès du déploiement du framework Scrum dans l’entreprise repose sur l’application inconditionnelle de ses six principes, sans marge de négociation. Ces six principes forment la base de la méthodologie Scrum et doivent être systématiquement mis en œuvre.

Processus empirique


Au lieu d’élaborer un plan rigide sur une période de trois ans, de tout anticiper et de tout prévoir avant même d’entamer la phase de développement (méthode prédictive), Scrum privilégie une approche fondée sur l’observation et l’expérimentation (méthode empirique).

Dans le cadre de Scrum, les équipes font de leur mieux avec les ressources à leur disposition. Elles évaluent constamment la situation et prennent des décisions en se basant sur les informations disponibles à ce moment précis.

Ainsi, une équipe travaillant de manière empirique se caractérise par son action et ses prises de décision guidées par des faits, des expériences, des observations, et des preuves.

Auto-organisation


La réussite d’une équipe dépend en grande partie de son autonomie, se démarquant ainsi du micro-management et de la gestion rigide que privilégient certaines méthodes prédictives.

Une équipe auto-organisée se caractérise par les éléments suivants :

  • Prise de décision autonome : L’équipe dispose d’un niveau de pouvoir décisionnel suffisant pour résoudre rapidement des problèmes complexes et garantir la livraison du Sprint dans les délais impartis.
  • Appropriation de sa méthode de travail : Elle est en mesure d’adapter sa façon de travailler en continu grâce à une mentalité axée sur l’amélioration constante.
  • Absence de responsabilité envers un chef de projet ou un supérieur hiérarchique : Le rôle du Scrum Master est de conseiller l’équipe, non de dicter des décisions. Personne n’impose à l’équipe de développement comment effectuer son travail.
  • Communication ouverte avec le Product Owner et le Scrum Master : L’équipe explique comment elle compte s’organiser et s’améliorer pour atteindre les objectifs des prochains sprints. Cependant, le Product Owner et le Scrum Master n’ont pas d’influence sur les décisions concernant l’organisation de l’équipe.

Collaboration

Pour atteindre les objectifs du Sprint, il est préférable de mettre en avant l’intelligence collective et de travailler en équipe plutôt que de travailler en isolation.

Cela est valable pour tout projet, qu’il suive une méthode agile ou non, mais Scrum a érigé cette collaboration en principe fondamental.

Lorsque l’on parle de collaboration au sein de l’équipe, on peut spontanément penser aux développeurs travaillant main dans la main. Toutefois, il est essentiel de ne pas négliger le rôle du Product Owner et l’implication des parties prenantes.

Collaborer ne se limite pas à travailler individuellement et à livrer du code au client quelques semaines plus tard. Cela signifie entretenir une communication constante avec les utilisateurs finaux du produit et le Product Owner. Il s’agit d’intégrer les commentaires et les retours d’expérience du client et des parties prenantes pour améliorer continuellement le produit. Collaborer, c’est un effort collectif visant à fournir un produit totalement personnalisé et adapté aux besoins du client, tout en respectant les exigences de qualité.

Priorisation basée sur la valeur

Scrum, en tant que framework agile, se focalise sur la valeur perçue par le client. L’équipe Scrum doit donc constamment effectuer une priorisation des tâches en fonction de leur importance, tant pour les objectifs du client que pour les utilisateurs finaux du produit.

Cette démarche de priorisation demeure en évolution constante. Ce qui pouvait ne pas être prioritaire hier peut devenir essentiel demain.

Ainsi, l’équipe Scrum est chargée de réévaluer en permanence l’importance et la valeur associées à chaque tâche figurant dans le backlog, de manière à effectuer des choix judicieux en matière de priorités.

Délimité dans le temps

Incontestablement, le temps demeure notre ressource la plus précieuse. Scrum, ayant pleinement conscience de cette réalité, impose un cadre temporel strict pour chaque événement. Pourquoi une telle rigueur ?

Cette approche vise à prévenir les réunions de projet interminables, assurant ainsi le maintien du niveau d’efficacité de l’équipe.

Dans quel domaine est utilisé la méthode Scrum ?

Scrum est le cadre agile le plus couramment adopté. Comme d’autres méthodes agiles, il s’agit d’une approche de gestion de projet où le client ou l’utilisateur joue un rôle central en dirigeant l’équipe de développement. Initialement, Scrum était principalement employé dans les métiers de l’informatique, en particulier pour le développement d’applications. Cependant, son utilisation s’est progressivement étendue à d’autres domaines de l’ingénierie produit, comme par exemple ;

  • Gestion de projet : Scrum est appliqué pour gérer une variété de projets, y compris la gestion de projet traditionnelle, la gestion de projet marketing, la gestion de projet de construction, et bien d’autres.
  • Marketing : Les équipes marketing utilisent Scrum pour planifier, exécuter et optimiser les campagnes publicitaires, la production de contenu et d’autres initiatives marketing.
  • Éducation et formation : Les institutions éducatives et les entreprises utilisent Scrum pour gérer des projets pédagogiques, former des équipes et promouvoir l’apprentissage agile.
  • Santé : Scrum est appliqué pour le développement de logiciels de santé, la gestion de projets médicaux, et l’amélioration des soins de santé.
  • Ressources humaines : Les départements des ressources humaines utilisent Scrum pour gérer les projets de recrutement, la formation et le développement du personnel.
  • Conception et créativité : Les équipes de conception et de créativité emploient Scrum pour gérer des projets de conception de produits, d’expérience utilisateur (UX) et d’autres initiatives créatives.

Les valeurs de Scrum

F comme FOCUS

Le concept de Focus consiste à orienter l’attention de l’équipe sur un périmètre restreint pendant une itération. L’efficacité, la simplicité et la qualité découlent naturellement de cette approche. L’équipe se concentre sur cet incrément du produit pendant l’itération, sans se laisser distraire par d’autres sollicitations. Le Focus reflète également la volonté de prioriser les incréments du produit et de livrer en priorité les éléments les plus importants pour l’utilisateur.

O comme OUVERTURE

Travailler avec Scrum implique une communication transparente sur le travail en cours et à venir. Il s’agit de favoriser une communication bienveillante concernant les aspects améliorables de la collaboration et des outils, à travers les rétrospectives de sprint visant à l’amélioration continue de l’équipe.

R comme RESPECT

Le respect occupe une place centrale dans la philosophie de Scrum : travailler en équipe signifie assumer ensemble les erreurs et célébrer ensemble les succès. Il s’agit de reconnaître les compétences et l’indépendance de chaque membre de l’équipe, de s’entraider et de progresser vers un objectif commun.

C comme COURAGE

La notion de courage fait partie des cinq grandes valeurs de Scrum. L’équipe doit faire preuve de courage pour affronter des problèmes difficiles et les surmonter grâce à la communication et à l’entraide.

E comme ENGAGEMENT

Chaque membre d’une équipe Scrum s’engage personnellement à atteindre les objectifs du Sprint. Scrum facilite cet engagement en définissant une équipe pluridisciplinaire et auto-organisée, ainsi que des rôles clairs.

Les différents rôles dans Scrum

Le Scrum Master

Le rôle du SCRUM Master (SM) est essentiellement celui d’un coordinateur et d’un facilitateur au sein de l’équipe de développement. Il diffère fondamentalement d’un chef de projet traditionnel, car il ne prend ni ne contrôle seul le déroulement du projet. Sa mission première consiste à garantir que l’équipe projet soit pleinement opérationnelle et capable de mener à bien les tâches de chaque sprint en cours.

En tant que garant de la communication interne, le SCRUM Master assure la liaison entre l’équipe de développement et le Product Owner, tout en veillant à la stricte application de la méthode SCRUM tout au long du projet. De plus, il assume les responsabilités administratives relatives au projet.

Le product owner

Le rôle du Product Owner consiste à établir un lien entre les aspects métier et techniques du projet. Il agit en tant qu’intermédiaire entre le client et l’équipe de développement, incarnant la vision du produit Scrum. En tant que membre à part entière de l’équipe, il assume la responsabilité de la rédaction des user stories et du maintien à jour du Product Backlog.

L’équipe de développement


L’équipe de développement est chargée de mettre en place les solutions techniques requises et de réaliser les développements nécessaires. La taille de cette équipe varie en fonction de l’envergure du projet, généralement composée de 3 à 10 développeurs en moyenne. Dans la méthodologie Scrum, cette équipe travaille de manière incrémentielle pour garantir la livraison de parties du produit final, chacune étant utilisable et testable à chaque sprint.

Ce qui distingue une équipe de développement dans le cadre de la méthodologie Scrum, c’est sa capacité à s’auto-organiser. Cette équipe pluridisciplinaire met en œuvre tous les outils nécessaires pour garantir des livraisons conformes aux spécifications, dans les délais impartis.

Les 4 évènements de la méthode Scrum

Sprint planning

Le Sprint Planning Meeting est une réunion qui se tient au début du sprint. Les participants examinent le backlog produit et travaillent à collaborer et à parvenir à un consensus sur la portée et les fonctionnalités qu’ils s’engagent à livrer à la fin du sprint.

Daily meeting

Le Daily meeting est une réunion brève qui se déroule chaque jour du sprint, habituellement le matin. Chaque membre de l’équipe prend la parole pour partager :

  • Les tâches achevées la veille,
  • Les tâches prévues pour la journée,
  • Tout obstacle rencontré,
  • Les informations cruciales à partager.

Ce qui le distingue ? Les participants restent debout (stand-up meeting) et la réunion est minutée. Si un sujet dépasse le temps imparti, il est prévu de programmer une réunion distincte avec les parties concernées.

Sprint Review ou revue de sprint

La Sprint Review est une réunion au cours de laquelle l’équipe projet expose les livrables achevés aux parties prenantes. Au-delà d’une simple présentation, elle constitue une opportunité pour effectuer une démonstration pratique afin de garantir que le produit satisfait les exigences exprimées par le client.

Rétrospective

La rétrospective de Sprint est incontestablement le principal moteur de l’amélioration continue. Il s’agit d’une cérémonie qui réunit l’ensemble de l’équipe de développement à la fin du sprint. En examinant les indicateurs Scrum tels que les graphiques Burnup, Burndown et la vélocité, et en engageant des discussions franches et réfléchies sur le sprint écoulé, l’équipe cherche à renforcer les interactions entre ses membres, à accroître le bien-être, la motivation et la qualité du produit, et, d’une manière générale, à améliorer sa productivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *