Logo CEF
Cef learning
Demande de documentation

Recevez une brochure gratuite et sans engagement !

1Quelle formation vous intéresse ?
2Pour qui est cette brochure ?
3Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4Comment vous joindre ?

Le blog du Centre Européen de Formation
Publié le 03 juillet 2015, par Simon

Ce chien connaît 1 000 mots

Complètement wouf ! Fin linguiste, Chaser est un border collie qui comprend pas moins de 1 000 mots ! Dressé par l’Anglais John Pilley, le savant animal connaît trois à quatre fois plus d’expressions qu’un chien ordinaire. Un cas isolé ?

Dans le livre Chaser, le chien qui connaît 1 000 mots de John Pilley (sorti en 2015 aux éditions JC Lattès), le savant animal arrive à comprendre des noms communs comme « maison », « arbre » et « balle ». Ce canin d’un genre nouveau a également en tête la signification de centaines de jouets qu’il peut rapporter sur commande à son maître, le Britannique John Pilley.

Grâce à de telles bases, Chaser accomplit de nombreuses prouesses linguistiques : la compréhension d’éléments grammaticaux, l’apprentissage par imitation, le raisonnement par déduction, la résolution de problèmes complexes … L’approche inédite de M. Pilley permet d’appréhender différemment l’intelligence animale et l’impact du dressage.

Des histoires similaires

Chaser veut dire « celui qui court après » en anglais. A l’âge d’un mois, le chiot a poursuivi une jeep et a manqué de se faire renverser. Pas traumatisé pour un sou, le chien s’est rétabli, a débuté sa formation puis a réalisé des démonstrations de son talent dans les écoles, devant les yeux ébahis des élèves, des professeurs et des ATSEM.

Mais ce border collie n’est pas l’unique animal à se démarquer. En 2004, un autre chien de cette race avait attiré l’attention des médias. Il reconnaissait 200 mots simples sans aucun problème, et fut même étudié au célèbre Institut Max Planck en Allemagne.

Quelques années plus tôt, un berger allemand était capable d’ouvrir toutes les poignées de porte de l’entreprise qui l’avait adopté. Le fameux Grindle avait d’ailleurs tendance à s’enfermer dans n’importe quelle pièce !

Au début du 20ème siècle, un cheval nommé Clever Hans réussissait quant à lui des opérations d’arithmétique, créant la sensation. Il se fiait au langage du corps de l’individu qui lui posait la question, sans doute un auxiliaire vétérinaire.

D’après l’auteur anglais, tout animal peut apprendre du vocabulaire à un certain degré. Partagez-vous son avis ?

Crédit photo © Chaser, le chien qui connaît 1 000 mots