Logo CEF
Cef learning
Demande de documentation

Recevez une brochure gratuite et sans engagement !

1Quelle formation vous intéresse ?
2Pour qui est cette brochure ?
3Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4Comment vous joindre ?

Le blog du Centre Européen de Formation
débourrage cheval
Publié le 22 septembre 2023, par Simon

Débourrage cheval : comment s’y prendre ?



Le débourrage équin, une étape cruciale dans la vie d’un cheval, dans sa formation en tant que partenaire équestre. C’est à ce moment que le caractère, la confiance et la coopération du cheval sont façonnés pour le reste de sa carrière. La réussite du débourrage d’un cheval, d’une jument ou d’un poney est cruciale pour obtenir un animal à la fois mentalement équilibré et performant sur le plan sportif. Alors, quelle est la meilleure approche pour accomplir cette phase avec succès ?

Que signifie “débourrer” un cheval ?


Le débourrage d’un cheval est une phase cruciale de sa formation. Durant cette étape, il est préparé à accepter un cavalier sur son dos, à comprendre et à réagir aux principales aides du cavalier, et à obéir à des commandes de base en équitation. Ce moment précis marque le début de sa carrière en tant que cheval monté et constitue une base essentielle pour son développement en tant que partenaire équestre.

Pendant le débourrage, le cheval apprend à porter un cavalier, à répondre aux instructions de base telles que le mouvement en avant, le stop, le changement de direction, et à s’habituer à différentes situations et environnements. Il développe également la confiance envers l’humain et apprend à travailler en collaboration avec son cavalier.

Le débourrage peut varier en intensité et en durée en fonction des objectifs du propriétaire ou de l’éleveur, du tempérament du cheval et de sa maturité physique. Il est impératif que ces changements se déroulent de manière positive pour le cheval, garantissant ainsi un départ sain dans sa carrière sportive. De nombreux propriétaires choisissent donc de s’entourer d’un éleveur équin afin d’éviter les erreurs lors du débourrage de leur cheval.

Les étapes pour débourrer un cheval

La désensibilisation

L’éducation d’un poulain commence dès son plus jeune âge. Pour cela, il est important de l’habituer au contact humain par le toucher et la manipulation. Pendant cette phase, le cavalier peut lui enseigner des compétences comme donner les pieds, accepter le licol, se laisser panser, et marcher en main. Il est également important de désensibiliser le poulain à des gestes et des stimuli variés, tels qu’une longe jetée sur l’encolure, des mouvements de badine, la présence d’un vélo, des obstacles colorés en saut d’obstacles, ou même la chute d’objets.

Il est crucial que le cheval ne ressente pas d’anxiété envers le cavalier, ses intentions, et ses équipements, car une atmosphère apaisée favorise l’apprentissage.

Avant d’être en âge d’être monté, le jeune cheval peut être initié au travail à pied pour établir les bases du respect mutuel et apprendre des exercices visant à mobiliser ses hanches ou ses épaules, par exemple. De plus, il peut être formé à rester immobile et patient lorsqu’il est attaché, notamment pendant les soins.

Il est important de noter que l’âge auquel un cheval peut être débourré varie en fonction de sa race et de son utilisation future, généralement entre 2,5 et 4 ans en moyenne. Il est essentiel de prendre en considération le développement physique de l’animal, certains chevaux continuant de grandir au niveau osseux jusqu’à l’âge de 7 ans.

La découverte du matériel

Une fois que le cheval a acquis la confiance dans son environnement, il peut découvrir le matériel. Tout d’abord, il doit se familiariser avec des équipements comme que le filet, les rênes, le mors, éventuellement le caveçon, ainsi que la longe.

Par la suite, le cheval est graduellement familiarisé avec d’autres éléments, tels que le surfaix, le tapis, la selle, la sangle et le mouvement des étriers. Cette démarche est réalisée de manière progressive pour permettre au cheval de s’adapter en douceur à ces objets et sensations inhabituels.

Une fois que le dos du cheval est désensibilisé à la selle et aux accessoires associés, on peut passer à l’entraînement au montoir, permettant au cheval de s’habituer à la présence d’un cavalier en position assise.

La mise au travail

Une fois que le cheval accepte la présence du cavalier, il peut entamer l’apprentissage des allures (marche, trot, galop). Cette mise au travail se déroule au départ, en utilisant la longe. De manière progressive, le cavalier commence à utiliser sa voix, ses jambes et sa posture corporelle pour donner des indications au cheval.

Cette étape est une importance significative car elle permet au cheval d’apprendre le langage des aides classiques. Les signaux vocaux instaurés lors du travail en longe sont précieux car ils aident le cheval à associer la voix aux indications tactiles.

L‘apprentissage des bases du dressage

Une fois que le cheval est capable de répondre aux indications du cavalier à toutes les allures (pas, trot et galop), la phase finale du débourrage consiste à enseigner les codes essentiels du dressage.

Tout d’abord, le cheval apprend à avancer de manière calme et régulière, que ce soit au pas, au trot ou au galop. Ensuite, il se familiarise avec la flexion de son encolure et la flexion latérale pour accroître sa souplesse et sa réactivité aux indications du cavalier.

Le dressage comprend également l’apprentissage des transitions fluides entre les allures et la capacité de s’arrêter et de repartir selon les demandes du cavalier. Les exercices incluent l’exécution de cercles de différentes tailles et le passage en diagonale de la piste pour développer l’équilibre et la coordination du cheval. Le recul contrôlé en réponse aux indications du cavalier fait également partie de l’apprentissage.

Les transitions internes au sein de chaque allure, telles que passer du trot rassemblé au trot étendu, contribuent à renforcer la musculature et la souplesse du cheval. De plus, le cheval apprend à déplacer ses épaules et ses hanches latéralement en réponse aux aides du cavalier.

Le dressage implique aussi l’acceptation des différentes positions du cavalier, y compris lorsqu’il est assis, en équilibre ou pendant les transitions. L’objectif ultime est de développer une communication subtile entre le cavalier et le cheval, où de légères aides suffisent à guider le cheval dans son mouvement.

Faire appel à un professionnel

La réussite du débourrage d’un cheval dépend du professionnel des métiers animaliers qui sera en charge de cette tâche. Voici quelques raisons pour lesquelles il est conseillé de recourir à un professionnel :

  • Expertise technique: Les professionnels du débourrage ont l’expérience et les compétences nécessaires pour former un cheval de manière appropriée. Ils comprennent les étapes essentielles du débourrage, les techniques de dressage, et savent comment gérer les comportements indésirables.
  • Sécurité: Le débourrage comporte des risques, tant pour le cheval que pour le cavalier. Un professionnel sait comment minimiser ces risques et travaille en toute sécurité pour les deux parties.
  • Progression régulière: Un professionnel planifie le débourrage de manière progressive, en tenant compte de la personnalité et des capacités du cheval. Cela garantit que le cheval ne soit pas stressé ou traumatisé par le processus.
  • Équipement approprié: Les professionnels disposent généralement de l’équipement adéquat pour le débourrage, ce qui peut inclure des selles, des filets, et d’autres accessoires adaptés à l’âge et à la taille du cheval.

Qui peut s’occuper d’un débourrage de cheval ?

Le débourrage d’un cheval est une étape cruciale de son éducation et de sa formation. Il nécessite des compétences spécifiques et doit être effectué par des professionnels expérimentés. Voici quelques-uns des professionnels qui peuvent s’occuper du débourrage d’un cheval :

  • Dresseur / Débourreur : C’est le professionnel spécialisé dans le débourrage. Il a l’expertise nécessaire pour familiariser le cheval avec le port de la selle, le cavalier, les aides, et pour lui apprendre les bases de l’obéissance et de la communication avec le cavalier.
  • Lad Jockey : Les entraîneurs travaillent avec les chevaux pour les préparer à des disciplines spécifiques, comme l’équitation de loisir, le saut d’obstacles, le dressage, le western, etc. Ils peuvent également être impliqués dans le débourrage initial.
  • Les cavaliers professionnels : Les cavaliers professionnels, en particulier ceux qui se spécialisent dans le dressage, peuvent être impliqués dans le débourrage de chevaux, surtout s’ils sont expérimentés dans cette phase de la formation.
  • Les moniteurs d’équitation : Certains moniteurs d’équitation sont qualifiés pour travailler avec des chevaux au début de leur formation. Ils peuvent enseigner les bases de l’obéissance et du comportement sous la selle.
  • Les éthologues équins : Ces professionnels se spécialisent dans l’étude du comportement des chevaux. Ils peuvent être consultés pour comprendre le comportement naturel du cheval et utiliser des techniques d’éthologie pour le débourrage.

Il est essentiel de choisir un professionnel compétent et expérimenté pour le débourrage, car cette étape peut avoir un impact significatif sur le comportement futur du cheval. Une approche douce, patiente et respectueuse du bien-être animal est primordiale pour garantir le succès du débourrage et le bien-être du cheval.

Comment savoir si un cheval est débourré ?


Pour déterminer si un cheval est débourré, il est essentiel d’observer son comportement et ses réactions lorsqu’il est monté. Un cheval débourré accepte la présence du cavalier sur son dos sans signes de peur ou de résistance. Il obéit aux indications de base données par le cavalier, comme avancer, s’arrêter et changer d’allure en réponse aux demandes du cavalier. Il est capable de marcher, trotter et galoper sous la selle de manière calme et régulière dans les deux directions. Les transitions entre les allures se font en douceur. Le cheval réagit aux aides du cavalier de manière subtile et réceptive, sans nécessiter de fortes pressions. Il présente un comportement stable et calme sous la selle et est capable de se comporter correctement en groupe ou face à de nouvelles situations. Si le cheval doit franchir des obstacles, il le fait de manière contrôlée.

L’évaluation de ces comportements permet de déterminer si un cheval est débourré, bien que le degré de débourrage puisse varier en fonction de la méthode utilisée et des objectifs spécifiques du débourrage.

Quel âge minimum doit avoir un cheval pour être débourré ?

En moyenne, le débourrage d’une cheval se faire entre 2 ans et demi et 4 ans. Car les jeunes chevaux n’ont pas nécessairement achevé leur croissance à ce stade. De plus, leur musculature et leur structure osseuse continuent de se développer jusqu’à cet âge.

Il est essentiel de prendre en compte le développement squelettique du cheval. Le système osseux d’un cheval continue de se développer jusqu’à l’âge de 5 à 7 ans. Il est donc important de ne pas commencer le débourrage trop tôt, car cela pourrait entraîner des problèmes de santé à long terme, notamment des troubles orthopédiques.

Combien de temps dure un débourrage de cheval ?

Répondre à cette question n’est pas facile, car elle dépend en grande partie du cheval lui-même. Plus précisément, cela dépend de son niveau de familiarité avec la manipulation, de son tempérament, de sa réceptivité aux directives, ainsi que d’autres facteurs. Cela dépend également du professionnalisme et de l’expérience du professionnel et de la relation qui se crée entre lui et le cheval. N’hésitez pas à vous renseigner sur la formation équine suivie par ce professionnel afin de connaître sa manière de travailler.

Certaines opinions professionnelles suggèrent que quelques jours peuvent suffire pour le débourrage d’un cheval, tandis que d’autres estiment qu’environ trois mois sont nécessaires pour couvrir l’ensemble des compétences nécessaires avant de passer à un entraînement régulier et progresser vers des niveaux plus avancés.

De plus, la durée du débourrage dépendra du niveau de dressage souhaité à la fin du processus. Doit-il simplement accepter un cavalier sur son dos ? Doit-il être capable de se déplacer dans les trois allures de manière naturelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *