Eleveur équin, un métier centré sur la production de chevaux

Alors que l’on dénombre 950 000 chevaux en France, le métier d’éleveur compte à lui seul 55 000 entreprises et on constate depuis 2002 que le nombre d’éleveurs recensés par les Haras Nationaux augmente régulièrement (+ 6 % en 10 ans).

Le métier d'éleveur équin

Pour l’éleveur équin, le meilleur ami de l’homme n’est pas le chien, mais le cheval. Installé à son compte, ce professionnel entretient les équidés (juments, poulinières, étalons…). La mission principale de l’éleveur de chevaux est de maintenir et d’améliorer la race chevaline. Il a le privilège de faire naître et d’élever les poulains.

Chaque jour, il prend un moment avec chacun pour les nourrir et surveiller leur état de santé. Il prend aussi en charge également l’éducation des jeunes poulains (mise du licol, tenue à la longe, mise de la selle…).

Enfin, selon l’organisation de l’établissement, l’éleveur équin assure parfois l’entretien du matériel ainsi que le nettoyage des box. Il peut aussi participer à la récolte du foin ainsi qu’à la culture des céréales pour alimenter les chevaux.

métier éleveur équin

Les formations pour devenir éleveur équin

Pour pouvoir exercer le métier d’éleveur équin, il est primordial de suivre une formation complète de Cavalier Soigneur Éleveur, afin d’assimiler les connaissances essentielles du métier.

La formation Cavalier Soigneur Éleveur du Centre Européen de Formation vous permet :

Les qualités et les compétences requises

Au-delà de la maîtrise des différentes activités liées à la conduite de l’élevage, et afin d’assurer la rentabilité de l’élevage, l’éleveur équin doit être doté de certaines qualités et compétences

  • Connaissance parfaitement les chevaux et les équipements, 
  • Disponibilité, adaptabilité, autonomie,
  • Très bonnes conditions physiques,
  • Passion pour les animaux et particulièrement les chevaux,
  • Maîtrise des techniques d’élevage,
  • Connaissances de base en biologie animale.

Depuis plus de 4 ans, Héloïse est devenue soigneuse équin après avoir suivi une formation métiers animaliers au sein du Centre Européen de Formation

Ce qu’elle préfère dans ce métier, c’est le contact avec l’animal, s’occuper de lui et créer des liens.  C’est un métier qui demande énormément d’exigences. Le cheval est un animal qui est assez peureux et très sensible.

Héloïse a choisi 3 mots pour qualifier, au mieux, son métier : motivation, rigueur et passion.

Les débouchés et évolutions

Avec quelques années d’expériences professionnelles supplémentaires, l’éleveur équin peut devenir responsable d’écurie.

En suivant des formations complémentaires, l’éleveur équin peut accéder à d’autres métiers pour travailler avec les équidés : enseignant d’équitation, guide de tourisme équestre, responsable de centre équestre, négociant en chevaux… 

Salaire de l'éleveur équin

L’éleveur de chevaux est employé dans un élevage de taille importante ou installé à son compte.

Concernant les éleveurs salariés : le métier est reconnu par la Convention collective des exploitations agricoles de polyculture, d’élevage, d’élevages spécialisés, du 4 juin 1996.

  • Éleveur salarié débutant : 1 467 € 
  • Après quelques années d’expérience : 1 600 € 
  • Avec des formations complémentaires : Jusqu’à 3 000€

 Les revenus d’un éleveur-propriétaire varient en fonction de son volume d’affaires (importance de la structure et des activités proposées).

Ecole certifiée OPQF pour ses activités FPC

Ecole soumise au contrôle pédagogique de l’Etat

Ecole privée d’enseignement à distance déclarée auprès du rectorat de Lille.

Ecole conforme au décret qualité et référencée par DataDock.

WidgetAvisVerifies
Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1 Quel domaine vous intéresse ?
2 Dites-nous-en un peu plus sur vous
3 Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4 Indiquez-nous votre numéro de téléphone