Logo CEF
Cef learning
Demande de documentation
formation éleveur canin félin

Recevez une brochure gratuite et sans engagement !

1Quelle formation vous intéresse ?
2Pour qui est cette brochure ?
3Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4Comment vous joindre ?

Le métier d'Éleveur Canin - Félin

Le métier d’éleveur canin et félin


L’éleveur canin et félin exerce un métier passionnant au cœur de l’univers animalier. Ce professionnel joue un rôle essentiel dans la préservation des races et contribue à la diversité génétique de ces animaux de compagnie. En veillant au bien-être de ses pensionnaires, l’éleveur crée un environnement propice à leur épanouissement et à leur socialisation.

Au-delà de la simple reproduction, l’éleveur participe à la transmission de connaissances sur le comportement et les soins adaptés à chaque espèce, contribuant ainsi au bonheur des futurs propriétaires. Ce métier, bien que exigeant, offre des moments gratifiants pour ceux qui ont une véritable passion pour le monde canin et félin.

Qu’il souhaite reproduire les standards d’une race précise afin de préserver un pedigree ou qu’il favorise le métissage canin ou félin par le croisement de races, il ne sélectionne pas au hasard les couples qu’il cherche à reproduire.

métier éleveur canin

Les missions de l’éleveur canin ou félin

La mission principale d’un éleveur canin ou félin, consiste à sélectionner soigneusement les reproducteurs en fonction de leurs pedigrees, de leurs caractéristiques physiques, de leur comportement et de leur état de santé. Il organise ensuite les accouplements et surveille les naissances pour garantir la santé et le bien-être des portées.

Une partie important de son travail est consacrée aux bons soins des animaux. Pour cela, il propose une alimentation équilibrée, planifie les vaccins nécessaires, et met en place les traitements antiparasitaires et des vermifuges réguliers pour maintenir une bonne santé.

La socialisation joue un rôle crucial. Les éleveurs exposent les chiots et les chatons à divers environnements, à d’autres animaux et à des personnes dès leur plus jeune âge. Cela les aidera à développer des compétences sociales et comportementales importantes pour leur futur.

La tenue de dossiers détaillés sur chaque animal est un aspect administratif important. Ces dossiers contiennent des informations médicales, des données sur les caractéristiques individuelles et les performances de chaque animal, ce qui sera précieux pour le suivi et la traçabilité. Enfin, le suivi post-vente sera nécessaire pour assurer que les animaux s’adaptent bien à leurs nouveaux foyers.

L’éleveur peut également demander aux futurs maîtres de signer un certificat de connaissance. L’objectif de ce certificat est de sensibiliser les futurs propriétaires à la responsabilité associée à l’adoption d’un animal de compagnie et d’assurer leur protection. Son intention est d’empêcher les achats impulsifs et inconsidérés en éclairant sur les engagements nécessaires. Le principal objectif est de promouvoir la responsabilité et la compréhension des besoins des animaux de compagnie.

Qualités et compétences nécessaires d’un éleveur canin et félin

Les qualités

Pour être éleveur de chiens ou éleveuse de chats, certaines qualités sont indispensables, notamment :

  • Être animé par une passion des animaux,
  • Aimer travailler souvent en extérieur,
  • Être capable de prendre de la distance pour ne pas s’attacher trop au chien ou au chat sachant qu’il sera, par la suite, vendu,
  • Être patient et attentif aux besoins des animaux,
  • Être capable de se lever tôt le matin pour apporter la nourriture ou faire un soin lorsque c’est nécessaire,
  • Être capable de travailler en équipe, si l’éleveur se destine à créer sa propre entreprise,
  • Avoir une bonne écoute pour cibler les besoins des clients,
  • Avoir un excellent relationnel.

Les compétences

La plupart des connaissances techniques nécessaires pour être un éleveur ou une éleveuse sont acquises grâce à une formation, afin de permettre à la personne de :

  • Soigner les animaux, en sachant comment les nourrir, leur prodiguer des soins, connaître les comportements spécifiques aux différentes races, éduquer les chiots ou les chatons, et apporter une assistance aux femelles lors des naissances, avec l’aide d’un vétérinaire. L’éleveur doit également savoir sélectionner les animaux pour obtenir des portées de meilleure qualité,
  • Maintenir une hygiène impeccable dans le lieu d’élevage, en veillant à la propreté des chiens et des chats,
  • S’occuper des tâches administratives et de gestion, notamment s’il envisage de se mettre à son compte. Il doit être en mesure de gérer son entreprise, effectuer des tâches de marketing pour se faire connaître et trouver des clients.

La formation pour devenir éleveur

Il est essentiel de suivre une formation approfondie avant de se lancer dans la profession d’éleveur canin ou félin. La formation éleveur canin ou félin en ligne, du Centre Européen de Formation vous permet d’acquérir les connaissances nécessaires en matière de reproduction, de santé animale, de comportement, et de gestion d’un élevage. Elle offre également des compétences pratiques indispensables pour assurer le suivi quotidien des animaux et répondre aux besoins spécifiques de chaque espèce.

Et l’ACACED ?

L’obtention de l’Attestation de Connaissances des Animaux de Compagnie d’Espèces Domestiques (ACACED) est une étape officielle incontournable pour exercer, à des fins commerciales, diverses activités liées aux animaux de compagnie telles que le transit, la garde, l’éducation, le pet-sitting, l’élevage, et bien d’autres. Le Centre propose la préparation à l’ACACED à tous ses élèves suivant la formation d’Éleveur Canin et Félin en ligne.

Cette formation, dispensée en présentiel sur une période de 2 à 3 jours en fonction du nombre de catégories choisies (chien, chat et autres), vous permettra de vous préparer de manière approfondie. À l’issue de cette période, vous passerez un examen qui, une fois réussi, vous délivrera l’attestation.

Conditions de travail d’un éleveur canin / éleveur félin

Le métier d’éleveur canin implique souvent des journées de travail longues et intenses. Ce professionnel des animaux de compagnie doit être présent pour ses animaux en tout temps, notamment lors des périodes de mise bas, de soins quotidiens, de nourrissage, de nettoyage et d’entretien des installations. Il doit également être disponible pour les visites des clients potentiels intéressés par l’achat d’un chiot ou d’un chaton.

Les tâches liées à l’élevage impliquent souvent de travailler en extérieur, peu importe les conditions météorologiques. Il est donc important d’être prêt à travailler sous la pluie, la neige ou le soleil. L’éleveur doit également être en bonne condition physique pour manipuler les animaux de différentes tailles et poids, ainsi que pour effectuer des tâches telles que le nettoyage des installations.

Enfin, il est important de noter que le métier d’éleveur canin peut être émotionnellement difficile, car il implique de s’occuper de jeunes animaux qui peuvent être vendus et séparés de leur mère et de leur fratrie. L’éleveur doit donc être en mesure de prendre de la distance et de gérer ses émotions afin de faire face à ces situations.

Journée type d’un éleveur canin

La journée type d’un éleveur canin commence souvent tôt le matin, avec le nourrissage des animaux et le nettoyage des installations. Ensuite, l’éleveur passe du temps à socialiser avec les chiots ou les chatons, à jouer avec eux et à les entraîner à marcher en laisse. Il peut également passer du temps à travailler sur les tâches administratives, telles que la tenue des dossiers de santé et des registres de naissance.

Au fil de la journée, ce professionnel doit être prêt à répondre aux besoins des animaux en matière de nourriture, d’eau et de soins médicaux. Il peut également passer du temps à préparer les animaux pour des expositions canines ou félines, en les toilettant et en les entraînant pour les présentations.

L’éleveur doit également être disponible pour les visites des clients potentiels intéressés par l’achat d’un chiot ou d’un chaton. Il peut passer du temps à répondre aux appels et aux courriels, à organiser des visites et à discuter avec les clients de leurs besoins et de leurs préférences en matière de race et de tempérament.

En fin de journée, l’éleveur termine généralement les tâches de nettoyage et de nourrissage avant de prendre le temps de jouer avec les animaux et de leur donner l’attention dont ils ont besoin. Ensuite, il peut se consacrer à la gestion de son entreprise, notamment en mettant à jour son site web et en travaillant sur ses stratégies de marketing

Comment ouvrir un élevage et se déclarer éleveur ?

Si vous envisagez d’ouvrir un élevage et de vous déclarer éleveur, vous devez suivre certaines démarches administratives. Tout d’abord, vous devez vous renseigner auprès de votre mairie pour connaître les règles locales en matière de réglementation d’élevage.

Ensuite, vous devez vous immatriculer auprès de la chambre d’agriculture ou de la Chambre de Commerce et d’Industrie pour obtenir un numéro SIRET. Ce numéro est nécessaire pour exercer en tant qu’éleveur et pour facturer vos clients. Enfin, vous devez également vous inscrire au Registre des Élevages pour obtenir un numéro d’agrément qui garantit que votre élevage respecte les normes sanitaires et de bien-être animal.

Sachez que si vous exercez une activité d’élevage de chiens ou de chats, vous relevez obligatoirement du régime de protection sociale des non salariés agricoles.

N’oubliez pas que l’ouverture d’un élevage nécessite des investissements conséquents en termes de temps et d’argent, et que cela peut être un processus long et complexe. Il est donc important de bien réfléchir à votre projet avant de vous lancer. Il est également obligatoire d’avoir obtenir un certificat de Capacité destiné à l’exercice des activités liées aux animaux de compagnie d’espèces domestiques (CCAD).

À partir de quand peut-on considérer l’élevage canin ou félin comme une activité professionnelle ?

Il était encore possible il y a quelques années d’exercer un élevage considéré comme « familial » sans nécessiter de formalités spécifiques. Cependant, depuis le 1er janvier 2016, les règlements sont devenus beaucoup plus stricts en ce qui concerne la vente de chiens et/ou de chats.

À présent, seuls les particuliers qui ne vendent pas plus d’une portée par an sont autorisés à obtenir une dérogation. Pour tous les autres, certaines obligations doivent être respectées avant de se lancer dans l’élevage qualifié d' »agricole » :

  • Il est impératif de faire une déclaration et de s’immatriculer auprès de la chambre d’agriculture. Les micro-entreprises ne sont pas éligibles à cette option.
  • Les annonces de vente doivent obligatoirement inclure les informations suivantes : numéro SIREN, numéro d’identification, âge des animaux.

Vous devez également adhérer aux conditions énumérées par l’article L214-6-1 du code rural, qui comprennent les éléments suivants :

  • Faire une déclaration auprès du Préfet (à réaliser via la DDPP).
  • Utiliser des installations qui se conforment aux normes en matière de santé et de bien-être animal pour héberger les animaux.
  • Posséder une certification de capacité professionnelle.
  • Céder des chiens et des chats âgés de plus de 8 semaines.
  • Notez que la cession, qu’elle soit gratuite ou payante, des chiens et des chats est strictement interdite lors de foires, marchés, brocantes, salons, expositions ou tout autre événement qui ne soit pas spécifiquement dédié aux animaux.

Les règles à respecter

Les règles de vente

Les annonces et les documents contractuels concernant la vente de chiens et de chats pour les éleveurs doivent inévitablement contenir les éléments suivants :

  • Le numéro SIREN de l’éleveur
  • L’âge minimal des chats et des chiens (au moins 8 semaines)
  • Le nombre d’animaux provenant de la portée
  • Le numéro d’identification des parents
  • Le numéro d’identification du chiot ou du chaton
  • La mention « de race » est restreinte aux chiens enregistrés au LOF (Livre des Origines Françaises) et aux chats inscrits au LOOF (Livre Officiel des Origines Félines)
  • La mention « n’appartient pas à une race » doit être incluse en cas d’absence d’inscription dans les registres

Lors de la cession, un certain nombre d’obligations supplémentaires doivent être respectées, dont :

  • La délivrance d’une attestation de vente
  • La fourniture d’une carte d’identification par puce électronique
  • La remise d’un certificat de naissance
  • La remise d’un certificat vétérinaire
  • La présentation d’un carnet de santé
  • La vérification de la vaccination à jour
  • La remise d’un livret d’informations contenant des conseils pour les soins à prodiguer à votre chien ou chat

D’autres obligations peuvent également s’appliquer aux autres métiers animaliers.

Les règles sanitaires


Depuis 2014, la visite sanitaire est devenue obligatoire pour les élevages canins, mais son taux de réalisation demeure à environ 50 %. Cependant, plutôt que de la percevoir comme une contrainte, cette mesure devrait être considérée comme une opportunité. Elle offre une occasion unique d’établir un lien privilégié entre les éleveurs et les vétérinaires.

La visite sanitaire est une étape qui vise à garantir le bien-être des animaux et la conformité aux normes de santé. Lors de cette visite, un vétérinaire sanitaire inspecte l’ensemble des installations pour s’assurer qu’elles sont propres, bien entretenues et répondent aux besoins spécifiques des chiens. Les aspects comment la ventilation, l’hygiène, la gestion des déchets, et la prévention des maladies sont scrupuleusement évalués. De plus, le vétérinaire sanitaire examine chaque animal, vérifiant leur état de santé général, la présence de maladies éventuelles, et s’assurant que les protocoles de vaccination sont à jour.

Débouchés et employeurs pour l’éleveur canin félin

La plupart du temps, l’éleveur canin / félin est à son compte, conçoit son élevage chez lui ou monte un chenil dans un endroit plus reculé. C’est en général le cas des grands élevages (plus de 5 portées par an, ils représentent 28% des élevages français). Pour obtenir un numéro SIRET, il est nécessaire de procéder à votre immatriculation auprès de la chambre d’agriculture ou de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Les éleveurs salariés, qui travaillent généralement au chenil, dépendent de la Convention Collective de la vente et services des animaux familiers et voient leur salaire fixé par le gérant de la structure. De la même façon, pour l’élevage félin, l’éleveur va tenir sa chatterie en intérieur ou en extérieur mais très souvent à son domicile.

Salaire et évolution

Au début de sa carrière, le métier d’éleveur canin ou félin salarié est rémunéré au SMIC. L’évolution de son salaire dépendra de la croissance de l’entreprise pour laquelle il travaille. En revanche, pour un éleveur animalier indépendant, le salaire peut varier selon les activités exercées.

Les revenus de l’éleveur canin félin dépendent de la taille de l’élevage, des races élevées, du nombre de portées à l’année, du prix fixé pour chaque chiot ou chaton… Pour info, un chien de race s’achète dans un élevage entre 400 et 2 000 euros. Plus la race a de la rareté, plus le prix d’achat sera cher, et la demande tout aussi importante.

Le bouche-à-oreille et la bonne réputation de l’élevage peuvent également jouer un rôle dans la croissance des revenus de l’éleveur. Enfin, certains éleveurs proposent des stages de dressage ou des cours pour augmenter leurs revenus. Il est difficile de donner une moyenne de salaire pour cette profession, car elle dépend de nombreux facteurs.

Diversification de l’activité

  • Pension canine
  • Education, dressage
  • Concours de beauté canins
  • Toilettage
  • Vente de nourriture, accessoires…

Environnement de travail

L’éleveur canin exerce son activité au sein d’un espace qu’il a spécialement aménagé, s’il exerce en tant qu’indépendant ou spécifiquement prévu par son employeur. Cet environnement comprend différentes zones, chacune jouant un rôle clé dans le bien-être des animaux et la gestion de l’élevage et de la reproduction.

Par exemple, les installations d’élevage (enclos, chenils, espaces de détente) doivent être conçues pour abriter les chiens et chats de manière confortable et sécurisée. Pour les chiennes ou chattes en gestation ou qui ont mis bas, un espace spécifique doit être pour garantir la sécurité et le confort des mères et de leurs portées.

Bien entendu, les différents espaces doivent respecter la réglementation en vigueur en terme de propreté, d’hygiène et de sécurité afin de maintenir des conditions de vie optimales aux animaux.

L’aspect sécuritaire est essentiel. Les installations sont équipées de clôtures robustes, de portes sécurisées et de dispositifs pour prévenir les évasions et les intrusions indésirables.

Des espaces extérieurs peuvent être aménagés pour que les chiens puissent jouer et se dépenser en toute sécurité.

Avantages et inconvénients

Avantages

  • Interaction quotidienne avec les animaux : Ce métier offre la possibilité de travailler étroitement avec des chiens et des chats, si vous avez une affection particulière pour ces animaux.
  • Passion animalière : Pour ceux qui ont une véritable passion pour les chiens et les chats, cette profession peut procurer une grande satisfaction en raison de la proximité constante avec ces compagnons.
  • Demande croissante : En raison de l’augmentation des familles adoptant des animaux de compagnie, ce métier peut offrir des opportunités commerciales, étant donné que la demande pour des chiens et des chats reste élevée.
  • Moments mémorables : Élever des portées, les voir grandir et partir vers leurs nouvelles maisons peut apporter un sentiment de fierté et de joie, créant des moments spéciaux.

Inconvénients

  • Investissement en temps et engagement : L’élevage nécessite un engagement en temps considérable, englobant souvent des journées entières et s’étendant aux week-ends et jours fériés, ce qui peut empiéter sur la vie personnelle.
  • Demandes physiques et émotionnelles : Le métier peut être physiquement exigeant, impliquant des tâches telles que la manipulation des animaux, les nettoyages fréquents et l’entretien des installations. D’un point de vue émotionnel, il faut être préparé à affronter les maladies et les décès d’animaux, ce qui peut être émotionnellement éprouvant.
  • Responsabilité envers les animaux : La santé et le bien-être des animaux dépendent de votre diligence. Ne pas maintenir les normes de soin adéquates peut entraîner des problèmes de santé et susciter des préoccupations.
  • Pression concurrentielle et du marché : Le secteur de l’élevage est compétitif, ce qui nécessite une constante amélioration de la qualité et la mise en avant d’atouts sur le marché.
  • Conformité réglementaire et éthique : Le respect des réglementations relatives à l’élevage et au bien-être animal est fondamental. Toutes les décisions prises doivent être prises en considérant l’éthique et le bien-être des animaux.
  • Éducateur canin : Un éducateur canin est un accompagnateur dévoué qui assiste les propriétaires de chiens dans la création d’une relation équilibrée avec leurs fidèles amis à quatre pattes.
  • Toiletteur : Le toiletteur canin est un véritable artisan de l’esthétique canine, mettant en pratique son expertise pour magnifier l’apparence des animaux de compagnie.
  • Auxiliaire vétérinaire : L’auxiliaire vétérinaire constitue un soutien inestimable pour les vétérinaires, s’investissant avec passion dans le bien-être des animaux et contribuant à garantir des soins de haut niveau, tout en offrant réconfort et affection.
  • Cavalier Soigneur : Le métier de cavalier soigneur englobe la responsabilité de choyer les chevaux, de les entraîner, de surveiller leur santé et leur confort, tout en cultivant une connexion profonde avec ces créatures majestueuses.
  • Éleveur équin : Être éleveur équin nécessite de fusionner une passion pour les chevaux avec une compétence approfondie en élevage, reproduction et gestion équine.
  • Soigneur équin : Le rôle de soigneur équin englobe la tâche quotidienne de veiller au bien-être physique et psychologique des chevaux. Cela inclut de contribuer à leur santé, à leur alimentation et à leur entraînement, tout en entretenant une connexion spéciale avec ces animaux majestueux.

Quelles sont les responsabilités principales d’un éleveur canin et félin ?

En tant qu’éleveur canin et félin, vous êtes responsable de l’élevage, des soins, et de la gestion générale de chiens et de chats. Cela inclut la reproduction, la santé, la socialisation, et la vente des animaux.

Quels sont les risques liés à la reproduction d’animaux ?

Les risques incluent les complications lors de la mise bas, les problèmes génétiques, et les défis liés à la gestion de la reproduction. Un suivi vétérinaire étroit est crucial.

Quelles sont les préoccupations éthiques liées à l’élevage canin/félin ?

Les préoccupations éthiques incluent la surpopulation, les conditions de vie des animaux, la consanguinité, et le bien-être général des animaux. Les éleveurs responsables travaillent pour minimiser ces problèmes.

Comment se déroule le processus d’adoption d’un animal auprès d’un éleveur ?

Le processus peut varier d’un éleveur à l’autre, mais généralement, il implique une demande d’adoption, une entrevue avec l’éleveur, et parfois une visite des installations. L’éleveur doit s’assurer que l’animal est confié à un environnement approprié.

Quels articles de loi régissent le métier ?

Depuis le 1er janvier 2016, la réglementation de la vente d’animaux de compagnie s’est renforcée avec la modification de l’article L. 214-8 du Code rural et de la pêche maritime. Cette évolution vise à instaurer une approche plus stricte pour contrôler la vente de chiens, notamment entre particuliers, en particulier sur les plateformes en ligne. Désormais, les dispositions réglementaires applicables aux élevages canins s’appliquent à toute personne souhaitant vendre un chiot, qu’elle soit un particulier ou un éleveur professionnel. Cette mesure a pour objectif de prévenir la concurrence déloyale des « faux particuliers » envers les éleveurs professionnels, tout en veillant à ce que les pratiques d’élevage soient transparentes et maîtrisées, que l’éleveur soit un particulier ou un professionnel.

Quels articles de loi régissent le métier ?

Deux articles de loi ont bousculé le monde de l’élevge.

  • l’article L. 214-8 du Code rural et de la pêche maritime vise à instaurer une approche plus stricte pour contrôler la vente de chiens, notamment entre particuliers, en particulier sur les plateformes en ligne. Désormais, les dispositions réglementaires applicables aux élevages canins s’appliquent à toute personne souhaitant vendre un chiot, qu’elle soit un particulier ou un éleveur professionnel. Cette mesure a pour objectif de prévenir la concurrence déloyale des « faux particuliers » envers les éleveurs professionnels, tout en veillant à ce que les pratiques d’élevage soient transparentes et maîtrisées, que l’éleveur soit un particulier ou un professionnel.
  • selon l’article L. 214-6 du Code rural et de la pêche maritime, l’élevage de chiens (ou de chats) est défini comme l’activité consistant à posséder au moins une femelle reproductrice, dont au moins un chiot est destiné à la vente.