Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1Quelle formation vous intéresse ?
2Dites-nous-en un peu plus sur vous
3Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
4Comment vous joindre ?

Ouvrir un restaurant : la démarche à suivre pour assurer son succÚs

Publié le 15 mai 2020, par Eva

ouvrir un restaurant

Ouvrir un restaurant nĂ©cessite de nombreuses compĂ©tences en cuisine, en management mais Ă©galement en gestion de projet. Pour garantir la pĂ©rennitĂ© de votre restaurant, quelques Ă©tapes sont nĂ©cessaires pour mener Ă  bien votre rĂȘve.

Se poser les bonnes questions pour ouvrir un restaurant

Vouloir ouvrir son propre restaurant, c’est se lancer dans une aventure sur le long terme. Le mĂ©tier de restaurateur est souvent Ă©prouvant. C’est un projet qui naĂźt d’une rĂ©elle passion et vous motivera dans le temps. Aussi avant de commencer les dĂ©marches, demandez-vous si vous avez les diverses compĂ©tences nĂ©cessaires pour garantir l’ouverture de votre restaurant, ou s’il vous faut un associĂ© pour allier vos compĂ©tences.  Les ressources nĂ©cessaires sont :

  • Cuisine : que souhaitez-vous proposer comme produits ?
  • ManagĂ©riale : comment allez-vous recruter et encadrer vos futurs employĂ©s ?
  • Commerciale : quels vont ĂȘtre vos atouts ?
  • FinanciĂšre : quel budget trĂ©sorerie allez-vous accorder ?

La formation CAP Cuisine du Centre Européen de Formation vous accompagnera pour vous poser les bonnes questions et réussir votre projet. Cette formation propose également une spécialisation « création de restaurant ». Elle vous apprendra par exemple, les différentes démarches juridiques à effectuer en tant que futur restaurateur.

Trouver ce qui vous démarquera de vos concurrents

Quel que soit le style de restaurant que vous souhaitez ouvrir : italien, japonais, indien, gastronomique ou mĂȘme un fast-food
 des concurrents existent dĂ©jĂ  sur ce marchĂ©. C’est pour cette raison, qu’il est important de trouver un concept diffĂ©rent voire innovant, qui vous apportera une valeur ajoutĂ©e. Beaucoup de choses peuvent vous dĂ©marquer. Cela peut ĂȘtre en lien avec votre histoire et ce que vous souhaitez transmettre Ă  travers vos assiettes, vos origines, la provenance de vos produits, une relation privilĂ©giĂ©e avec vos clients


Faire une Ă©tude de la concurrence avant d’ouvrir un restaurant

En fonction du secteur gĂ©ographique oĂč vous souhaitez vous implanter, l’étude de marchĂ© est primordiale pour ne pas vous tromper. Analysez les restaurants concurrents dĂ©jĂ  prĂ©sents, ce qu’ils proposent, leurs tarifications et leurs clientĂšles. En les analysant, vous comprendrez les besoins du marchĂ©, pour pouvoir ouvrir un restaurant viable sur le long terme.

Il faut aussi que vous Ă©tudiez le profil de vos clients : Ăąge, activitĂ© professionnelle, habitudes alimentaires, frĂ©quence de frĂ©quentation


En fonction de ces rĂ©ponses, vous pourrez trouver un emplacement correspondant Ă  la zone de chalandise que vous souhaitez toucher et ĂȘtre proche de votre future clientĂšle.

Crée un business plan de son projet

Pour ouvrir son restaurant, il est important de crĂ©er un « business plan ». Il s’agit d’un dossier qui dĂ©crit votre stratĂ©gie commerciale et financiĂšre, pour commencer votre projet et le maintenir sur le long terme. Il regroupe vos idĂ©es et votre argumentation, ce qui vous sert d’appui Ă  chaque Ă©tape de votre projet. Vous y ajoutez vos bilans prĂ©visionnels et votre trĂ©sorerie. Ainsi, votre banquier aura toutes les informations dont il a besoin pour s’engager et se projeter avec vous.

Choisir le statut juridique de son restaurant

Enfin, les derniĂšres Ă©tapes avant de concrĂ©tiser votre projet sont juridiques et administratives. Il faut tout d’abord, choisir votre statut. Il diffĂšre en fonction de l’activitĂ©, du nombre d’employĂ©s et d’associĂ©s ainsi que de nombreux autres paramĂštres (chiffre d’affaires notamment).

Les différentes formes juridiques applicables pour un restaurant sont :

  • Entreprise individuelle : le restaurateur dirige seul son entreprise, on ne parle pas alors de sociĂ©tĂ©. Le patrimoine personnel de l’entrepreneur est confondu avec son patrimoine professionnel. En cas de faillite, ses biens privĂ©s peuvent donc ĂȘtre saisis.
  • SARL (SociĂ©tĂ© Á ResponsabilitĂ© LimitĂ©e): composĂ©e de 2 associĂ©s au minimum, l’entreprise crĂ©Ă©e est une personne morale. En cas de faillite, seul le montant du capital de la SARL peut ĂȘtre rĂ©clamĂ©. Avec ce statut, le restaurateur ne verra pas ses biens privĂ©s saisis (hormis dans le cas d’une faute grave de sa part).
  • EURL (SociĂ©tĂ© Unipersonnelle Ă  ResponsabilitĂ© LimitĂ©e) : il s’agit d’une SARL avec les mĂȘmes caractĂ©ristiques, avec comme seule diffĂ©rence qu’il n’y a qu’un associĂ©.

Une fois votre statut juridique choisi et approuvĂ©, vous devez inscrire votre restaurant au RCS (Registre du Commerce et des SociĂ©tĂ©s). En France, toute personne qu’elle soit physique ou morale qui exerce en tant que commerçant, doit obligatoirement ĂȘtre inscrite dans ce registre. Une fois inscrit, vous recevrez un numĂ©ro d’identitĂ© unique et officiel appelĂ© RCS ou numĂ©ro SIREN. Ce numĂ©ro permet Ă  votre restaurant d’avoir une vĂ©ritable identitĂ©.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.