Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1 Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
2 Dites-nous-en un peu plus sur vous
3 Indiquez-nous votre numéro de téléphone
4 Quel domaine vous intéresse ?
blog - Centre Européen de Formation

Le Blog du Centre Européen de Formation

Retrouvez toute l’actualité liée aux métiers de la petite enfance, de l’esthétique, de la coiffure, de la cuisine, du secteur social, sanitaire et animalier.

Recevez une brochure GRATUITE et SANS ENGAGEMENT !
1 Sur quel email allons-nous vous envoyer votre doc ?
2 Dites-nous-en un peu plus sur vous
3 Comment vous joindre ?
4 Quelle formation vous intéresse ?

Tout savoir sur la réforme des matières générales du CAP

Publié le 08 avril 2020, par Amandine

réforme des matières générales du CAP

L’éducation nationale connaît actuellement de grands changements. Parmi les derniers changements annoncés, la réforme des matières générales du CAP, à compter de la session 2021. L’arrêté du 30 août 2019 a fixé les modalités d’évaluation du CAP. Découvrez point par point, toutes les explications sur les différentes épreuves prévues pour 2021.

Les matières générales lors de l’examen du CAP

Lors de l’examen du CAP, vous devez passer des épreuves professionnelles et des épreuves du domaine général. Les épreuves sur les matières générales portent sur les matières suivantes :

  • Français, Histoire – Géographie, Enseignement Moral et Civique,
  • Mathématiques et Physique-Chimie,
  • Prévention – Santé – Environnement,
  • Langue Vivante.

Cependant, il est possible d’être dispensé des épreuves générales si vous êtes titulaire d’un CAP, BEP, BEPA, BAC ou équivalent.

La réforme des matières générales du CAP pour l’épreuve de Français, Histoire – Géographie, Enseignement Moral et Civique

Cette épreuve ponctuelle se constitue d’une épreuve écrite de 2 heures et d’un oral de 25 minutes.

  • Français

    Épreuve écrite de 2 heures

    Premièrement, le candidat répond par écrit, à des questions de lexique et de compréhension. Il rédige ensuite, dans une situation de communication définie, un récit, un dialogue, une description ou une opinion argumentée d’une longueur de 20 à 30 lignes.

    À la fin de cette épreuve, il obtiendra une note sur 20 points.

    Épreuve orale de 10 minutes

    Par la suite, le candidat présente un oral continu d’environ 3 minutes dans lequel il présente une réalisation en lien avec le métier. Il peut s’appuyer sur tout support visuel, sur lequel l’écrit ne dépasse pas le statut de titre ou de légende.

    L’entretien, qui n’excédera pas 7 minutes, permet de revenir sur l’exposé pour  :
    – préciser certains aspects,
    – amener le candidat à prolonger et approfondir.

    Lors de l’entretien, la dimension morale et civique en lien direct avec le métier et son exercice peut être questionnée.

    L’épreuve orale de Français est évaluée sur 20 points.

Histoire-géographie-enseignement moral et civique

Épreuve orale de 15 minutes (dont 5 minutes de préparation)

Pour commencer, le candidat présente une liste de 8 documents qu’il a choisi, soit un document correspondant à chacun des thèmes des programmes d’histoire, de géographie et d’enseignement moral et civique. Ensuite, il tire au sort le thème sur lequel il va être interrogé et prépare sa présentation pendant 5 minutes.

En histoire et en géographie, le candidat donne le sens global, dégage l’intérêt et les limites du document en mobilisant des repères, des notions clefs et des connaissances. Il montre qu’il maîtrise et utilise des repères chronologiques et spatiaux.

En enseignement moral et civique, le candidat construit et exprime une argumentation cohérente et étayée en s’appuyant sur les repères et les notions du programme. Il explicite les valeurs de la République en jeu dans le document présenté. Les liens avec les programmes d’histoire-géographie sont exploités chaque fois qu’il est possible de le faire.

De son côté, le professeur évalue et vérifie les acquis (capacités, connaissances, repères) du candidat sur le document et l’amène à préciser son propos si nécessaire. L’examinateur pose des questions au candidat pour obtenir des précisions et vérifier les acquis du candidat sur le thème étudié pendant une durée maximale de 10 minutes.

En l’absence de liste ou de documents ou en présence d’une liste non conforme, l’examinateur propose un/des documents de secours et le candidat peut néanmoins présenter l’épreuve. L’épreuve est notée sur 20 points.

La réforme des matières générales du CAP pour l’épreuve de Mathématiques et Physique-Chimie

Pour ce qui est de l’épreuve de Maths et Physique Chimie, elle se constitue d’une épreuve d’une durée d’1h30 et se divise en deux parties écrites :
– une partie concernant les mathématiques, notée sur 12 points (conçue pour être traitée en 45 minutes),
– une partie concernant la physique-chimie, notée sur 8 points (conçue pour être traitée en 45 minutes).

  • Mathématiques 

La situation d’évaluation se compose de deux ou trois exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant aussi largement que possible les capacités et connaissances du programme.

Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison avec d’autres disciplines, un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s’appuie sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n’est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

Un exercice au moins comporte des questions dont la résolution nécessite l’exploitation de résultats obtenus à l’aide d’outils numériques. Dans ce cas, l’énoncé est adapté au contexte des programmes et aux modalités de l’épreuve : certains éléments qui pourraient être nécessaires (copies d’écran, résultats de calculs, etc.) sont fournis sur papier dans le sujet.

  • Physique-chimie

Le sujet porte sur des champs différents de la physique et de la chimie. Il se compose de deux parties :

  1. Un exercice restitue une expérience ou un protocole opératoire, à partir d’un texte court et éventuellement d’un schéma. Au sujet de cette expérience décrite, quelques questions conduisent le candidat, par exemple, à :
    – montrer ses connaissances ;
    – relever des observations pertinentes ;
    – organiser les observations fournies, en déduire une interprétation et, plus généralement, exploiter les résultats.
  2. Un exercice met en œuvre, dans un contexte donné, une ou plusieurs grandeurs et relations entre elles. Les questions posées doivent permettre de vérifier que le candidat est capable :
    – de montrer qu’il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en œuvre ;
    – d’indiquer l’ordre de grandeur d’une valeur compte tenu des mesures fournies et du contexte envisagé ;
    – d’utiliser des définitions, des lois et des modèles pour résoudre le problème posé.

La réforme des matières générales du CAP pour l’épreuve de Prévention – Santé – Environnement

L’épreuve d’une durée d’une heure comporte deux parties indépendantes, correspondant l’une aux thématiques A, B et D, l’autre à la thématique C du programme. Chaque partie comporte plusieurs questions sur chacune des thématiques. Cette épreuve est notée sur 20 points.

  • Première partie

Elle comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur au moins 2 des thématiques A, B ou D dont obligatoirement les thématiques A. À partir d’une situation de la vie professionnelle ou quotidienne et d’une documentation, le candidat doit notamment appliquer une démarche d’analyse en vue de proposer une remédiation, une amélioration, une prévention.

  • Deuxième partie

Elle comporte plusieurs questions indépendantes ou liées sur la thématique C du programme. Elle se compose de deux parties :

– l’une, notée sur 5 points, prend appui sur une situation professionnelle accompagnée d’une documentation. Elle permet d’évaluer l’application de la démarche d’analyse du risque et les connaissances relatives à l’environnement professionnel ;

– l’autre, notée sur 3 points, permet d’expliquer la conduite à tenir dans une situation d’urgence.

La réforme des matières générales du CAP pour l’épreuve de Langue Vivante

Concernant l’épreuve de Langue Vivante, elle se compose de 2 sous-épreuves. La première sous-épreuve consiste en une évaluation écrite commune d’une heure, sur table. La seconde consiste en une interrogation orale individuelle de 6 minutes.

L’ordre d’organisation des deux sous-épreuves est indifférent, la passation de la seconde sous-épreuve pouvant précéder celle de la première.

Première sous-épreuve : épreuve écrite commune

– Compétences évaluées : compréhension de l’oral, compréhension de l’écrit et expression écrite.

– Niveau attendu en référence à l’échelle de niveaux du CECRL : A2.

– Durée : 1 heure (partie 1 : 10 minutes maximum ; partie 2 et  3 : 25 minutes maximum chacune).

Partie 1 : compréhension de l’oral

La première partie vise à évaluer les compétences de compréhension de la langue orale. Elle prend appui sur un document (enregistrement sonore ou vidéo) d’une durée n’excédant pas une minute et dont le degré de difficulté correspond au niveau du CECRL attendu pour les candidats concernés.

La thématique du document relève de l’utilisation de la langue vivante dans les situations et les actes de la vie quotidienne, personnelle, sociale et citoyenne ou professionnelle.

Déroulement

Concernant cette partie, les candidats bénéficient de trois écoutes successives du document, espacées d’une minute. Avant la première de ces trois écoutes, un questionnaire à choix multiple (QCM) est mis à leur disposition et ils en prennent connaissance. Ce QCM, qui comporte un maximum de huit items, vise à évaluer leur degré de compréhension du message oral. Il est rédigé en français, à l’exception du titre du document, qui figure en tête du questionnaire et est fourni dans la langue vivante étrangère. Au cours des trois écoutes, les candidats sont libres de prendre des notes, de répondre directement au questionnaire ou d’y répondre à l’issue de la troisième écoute.

Partie 2 : compréhension de l’écrit

La deuxième partie vise à évaluer les compétences du candidat à comprendre un document écrit rédigé en langue vivante étrangère. Pour ce faire, elle prend appui sur un document inconnu ne comportant pas plus de 10 lignes (ligne s’entend au sens de 70 signes environ y compris les blancs et signes de ponctuation) mis à la disposition des candidats et dont le degré de difficulté correspond au niveau du CECRL attendu pour les candidats concernés.

Ce document écrit dont la thématique a un lien avec ceux du support de la partie 1 – a trait lui aussi à l’utilisation de la langue vivante étrangère. Il est ancré dans la réalité du ou des pays de la langue concernée et peut relever de genres différents : publicité, extrait d’article de presse ou d’œuvre littéraire, petite(s) annonce(s), courrier de nature professionnelle, notice, mode d’emploi, etc. Le document est authentique (au sens technique du terme), c’est-à-dire non élaboré ou adapté à des fins d’enseignement. S’il est lié à un secteur d’activité professionnelle, il ne présente pas un caractère excessif de spécialisation.

Déroulement

Les candidats disposent de 25 minutes maximum pour prendre connaissance du document et répondre, par écrit, à des questions graduées, dont le nombre ne dépasse pas six. Libellées en français, ces questions visent à évaluer chez le candidat son degré de compréhension du document.

Partie 3 : expression écrite

La troisième partie vise à évaluer les compétences des candidats à s’exprimer à l’écrit en langue vivante étrangère. Elle se déroule immédiatement après la partie 2. Les candidats disposent de deux sujets au choix, libellés en français. Ensuite, ils doivent rédiger, en langue vivante étrangère :

– soit une réponse à une question présentant un lien avec le thème des documents qui ont fait l’objet de la compréhension de l’oral et de la compréhension de l’écrit ;

– soit une réponse à un bref message écrit en langue vivante étrangère (carte postale, lettre, courriel, SMS, commentaire de lecteur, avis d’usager ou de consommateur, etc.) dont l’origine et le contexte sont brièvement présentés en français.

Toutefois, les deux sujets ne peuvent pas relever du même contexte d’utilisation de la langue. De plus, si le premier sujet a trait aux situations et aux actes de la vie quotidienne, personnelle, sociale et citoyenne, le second sujet doit se rapporter aux situations et actes de la vie professionnelle et inversement.

Déroulement

Les candidats disposent de 25 minutes maximum pour prendre connaissance des deux sujets, choisir celui à partir duquel ils souhaitent s’exprimer et rédiger, en langue vivante étrangère, un texte dont la longueur minimale attendue se situe entre 60 et 80 mots.

Seconde sous-épreuve : épreuve orale individuelle

– Compétences évaluées : expression orale en continu, expression orale en interaction.
– Niveau attendu en référence à l’échelle de niveaux du CECRL : A2.
– Durée : six minutes ; partie 1 et partie 2 : trois minutes maximum chacune.

Partie 1 : expression orale en continu

La première partie vise à évaluer la capacité du candidat à prendre la parole de manière continue. Le sujet et le contenu de cette prise de parole relèvent du choix du candidat. Le candidat présente et rend compte :

– soit d’un travail, d’un projet, d’un produit ou d’un service dont la réalisation,a fait appel à une utilisation de la langue vivante étrangère,
– soit d’une expérience professionnelle, ayant fait appel à une utilisation de la langue vivante étrangère.

Pour son exposé, le candidat peut prendre appui sur un plan d’intervention ou des mots et présenter un document de nature iconographique. Surtout, ce support visuel peut être nécessaire à l’illustration et à la compréhension de son propos sur le travail réalisé.

Déroulement

L’évaluateur invite le candidat à s’exprimer. Ce dernier dispose de 3 minutes maximum pour prendre la parole en langue vivante étrangère. Au cours de cette phase d’expression en continu du candidat, l’évaluateur est uniquement en position d’écoute. Il laisse le candidat s’exprimer et veille à ne pas l’interrompre, quelles que soient ses éventuelles hésitations.

Partie 2 : expression orale en interaction

En ce qui concerne la seconde partie, elle vise à évaluer la capacité du candidat à interagir en langue vivante étrangère. À la suite de l’exposé du candidat, l’évaluateur amorce un échange oral d’une durée maximale de 3 minutes.

Déroulement

Cet échange oral commence par prendre appui sur l’exposé du candidat et comporte des questions et des demandes d’explications. Au cours de cet entretien, le candidat doit faire preuve de son aptitude à s’exprimer et à communiquer spontanément.

La note attribuée est calculée en additionnant les notes des 3 parties de la première sous-épreuve et celles aux 2 parties de la seconde sous-épreuve.

Passer votre CAP à distance, c’est possible avec le Centre Européen de Formation

Vous souhaitez obtenir un CAP, sans pour autant retourner à l’école, c’est tout à fait possible avec la formation à distance. Le Centre Européen de Formation forme ses élèves au CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance, CAP Esthétique, CAP Coiffure et CAP Cuisine. Suite à la réforme des matières générales du CAP, l’ensemble des équipes pédagogiques du CEF, retravaillent actuellement les cours afin de vous préparer au mieux pour la session de 2021.

Découvrez l’ensemble des formations proposées par le Centre Européen de Formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

HotlineContactez-nous